© 2020 Elisabeth Devos W

Site conçu et réalisé par Yanis El Atmani

Pour qui et pourquoi une formation à l’animation d’ateliers « Plaisir d’histoires » ?

 

 

Cette formation concerne les adultes prenant  en charge des groupes d’enfants : animateurs T.A.P/P.R.E. centres de loisirs/accueils périscolaires, AVS,  éducateurs, enseignants…

 

Il est bien entendu préférable que le projet s’élabore avec l’organisme demandeur afin d’être au plus juste avec ses besoins et la réalité du terrain. La formation peut s’effectuer sous diverses formes ; il s’agira de stages ponctuels, ou d’une formation plus longue avec un suivi durant l’année scolaire. 

Cette seconde formule est sans doute la plus à même de fournir une formation performante, et l’employeur peut  bénéficier d’une aide financière de l’état.

 

De nombreuses expériences de prêt de livres (généralement faits par les bibliothèques municipales) ont été réalisées dans des structures d’accueil pour  enfants (écoles, centres de loisirs, garderies, PMI).

Elles se sont avérées décevantes dans les lieux où ce prêt ne s’accompagnait pas de la présence d’adultes formés.

 

Pour que le livre ne reste pas « lettre morte », il a besoin d’un adulte qui transmette aux enfants le plaisir du récit. Encore faut-il que l’adulte, en l’occurrence l’animateur, ait déjà éprouvé ce plaisir, qu’il ait été encouragé à dépasser ses craintes (raconter ou lire à un groupe, cela ne s’invente pas, particulièrement lorsqu’on a été en difficulté scolaire) et qu’il ait  été formé à l’art  du récit, en fonction de l’âge des enfants à qui il s’adresse.

 

 

Ce qu’est « Plaisir d’histoires » :

 

Un atelier  conçu pour donner le goût de la lecture aux enfants. Il fait découvrir les délices d’écouter et de lire des histoires, de développer son imaginaire, d’élargir son vocabulaire et ses connaissances. Loisir accessible à tous, peu coûteux et combien merveilleux, le récit lu ou raconté est malgré tout en baisse de popularité face à la télévision et aux jeux vidéo.

 

Certains adultes ne comprennent pas cette initiation au livre auprès des très jeunes enfants, qui, disent-ils, ne savent même pas lire ! Mais cette familiarisation au livre tient une place importante dans leur développement, et nul besoin de savoir lire pour ressentir les bienfaits d’écouter un récit ou de regarder un album.

 

De plus, un enfant à qui on n’aura ni lu ni conté d’histoire,  ne sera pas familiarisé avec la langue du récit utilisée pour apprendre à lire. Ceci s’avère une cause répandue des difficultés dans l’apprentissage de la lecture.

 

Le « Plaisir d’histoires » ne se limite pas à cette participation à l’acquisition de la lecture.

Raconter des histoires, même lorsque l'enfant est en mesure de lire, permet de vivre un moment privilégié de partage et de bien-être avec lui. Cela l’encourage à lire et à écrire, ces deux compétences étant intimement reliées.

 

A l’école primaire, en centre de loisirs, durant les temps périscolaires, la mise en place d'un coin lecture et l'utilisation de toutes formes de récits et de causeries sont  très prisées. Il importe d'élargir le choix de livres proposés, ainsi que des formes variées de récits (lecture, oralité, …).

 

Ce que « Plaisir d’histoires » n’est pas :

 

On n’apprend pas à lire lors des ateliers de « Plaisir d’histoires »: on y apprend à aimer la lecture. Bien qu’il puisse y contribuer, l’atelier n’est pas un soutien scolaire à la lecture. Apprendre à lire est un apprentissage souvent long et ardu, durant lequel parents et enseignants doivent s’armer de patience. L’atelier « Plaisir d’histoires » ne s’immisce pas dans ce processus d’apprentissage.

 

La principale tâche de ces ateliers est de dissocier l’acte de lire de la notion de contrainte auprès des enfants, de leur donner confiance en eux, de leur montrer qu’ils vont pouvoir retirer beaucoup de joie de la lecture. De nombreux moyens sont à la portée des adultes qui souhaitent que les enfants développent l’envie de lire, plutôt qu'une aversion chronique à ce loisir qu'ils associent davantage aux exigences du travail scolaire.

 

En conclusion

 

Grâce à des animateurs formés et aux bibliothèques municipales qui offrent un choix d’ouvrages de qualité, la lecture d’histoires est un loisir peu onéreux et accessible à tous.

 

Une histoire lue ou écoutée donne des ailes. En effet, c'est un moment d'intimité, de bien-être et de partage entre l'adulte et le groupe. Pour l’enfant, c'est un apprentissage du monde, une façon merveilleuse de développer ses aptitudes à communiquer et à apprendre,  d’enrichir son imaginaire, son vocabulaire, d'élargir sa propre vie, de la projeter en avant.

La présence d’animateurs qualifiés est fondamentale pour faire pénétrer le plaisir du récit dans tous les milieux, défavorisés ou non, pour développer le goût de la lecture et lutter contre l’échec scolaire et la marginalisation. 

 

N'hésitez pas à me contacter pour plus de détails.

PROPOSITION DE FORMATION

Á L’ANIMATION D’ATELIERS 

T.A.P, P.R.E ET AUTRES

 

 

"Plaisir d'Histoires" s'adresse aux structures scolaires, culturelles et de loisirs oeuvrant pour l'épanouissement et la réussite scolaire des enfants.